vendredi 26 janvier 2018

Nouvelles signatures au 26 janvier 2018

Depuis le 9 janvier, 211 individus ont décidé d'apporter leur soutien à notre texte "Des femmes libèrent une autre parole" et nous les remercions très chaleureusement.

Si vous souhaitez vous aussi signer, merci de laisser un commentaire ci-dessous ou d'envoyer un message à uneautreparole@protonmail.com

***

Pauline Blottin
Benjamine Flückiger (orthophoniste)
Orélien Péréol (essayiste)
Éléonore Epiney (infographiste)
Carine Severyns
Caroline Gérard (enseignante)
Gilbert Castellino (libraire)
Mari-Mai Corbel
Laure Dasinieres (Social média manager et rédactrice)
Benoit Gautier (auteur, réalisateur, journaliste de cinéma, féministe et fier de l'être)
Noelle Birac
Virginie Cadec
Régis Clinquart (écrivain)
Matthieu Bourdet (enseignant)
Maïa Ponsonnet (linguiste, University of Western Australia)
Claire Cecchini (éditrice)
Serge Rivron (auteur, coordinateur du festival du film rhônalpin, adjoint au maire)
Karine Comby
Adriana Carlier (directrice de production)
Peggy Vallin (Digital creative director)
Magali Bouat (architecte logiciel)
Jane Quillerat (créatrice de bijoux)
Virginie Sallé
Véronique Toefaert
Sophie Brissaud (écrivain, journaliste)
Estelle Ogier (galeriste)
Mikael Millac
Olivia Serriere (DRH)
Sophie Brun
Elisabeth Campagna-Paluch (écrivain)
Alexandra Fehlauer (Psychologue/Psychanalyste)
Claire Pibourdin (retraitée banque)
Marc Chouteau
Lucie Pillet (biologiste)
Léa Goumarre (étudiante en communication)
Constance Boyer (étudiante en droit)
Christine Boisson ( actrice )
Anne-Yvonne Pasquier (médecin)
Alain Minmeister
Mari Maysienka
Orianne Duprat (peintre)
Me Florence Rault (Avocat au Barreau de Paris)
Marie Vanderpol (psychologue clinicienne)
Laurence Coupé
Carol Aplogan (PNC)
Virginie Cadec (professeur et auteur)
Justin Colbart
Bertrand Simon
Mich Bor
Gaëlle Le Boulc'h (designer)
Elise Napolitano (Enseignante)
Cristina Contramaestre
Frank Agast
Cecile Fuchs (Infirmière)
Laetitia Colonna de Leca (étudiante en art)
Irene Maryniak (Retraitée)
Nathalie Samy (enseignante)
Françoise Defigeas (comédienne)
Claude de Scorraille (psychologue - psychothérapeute)
Nathalie Geoffray de Calbiac (plasticienne)
Marc O. Rainville
Alexia Delacroix (serveuse)
Salima Taïbi (discothécaire)
Johann Julien
Martine Simonet (retraitée)
Pascale Ferrand (éducatrice spécialisée)
Anne-Lise Giraud (neurobiologiste
Chloé Moglia
Céline Delacroix
François Xavier Luciani (écrivain)
Isabelle Louis (traductrice)
Angélique Carrer
Bérengère B.
Gaelle Renzaglia (Directrice de Production Film et Télévision - Montreal, Québec)
Martine Bouteleux
Anne-Marie Le Pourhiet (professeur de droit public)
Isabel Floch (psychanalyste)
Agnès Rotschi
Alexander Bard (artiste, producteur, essayiste)
Jan Söderqvist (essayiste et journaliste, co-fondateur du parti libéral démocrate suédois)
Arsende Vasselot
Patricia François (retraitée)
Ludovic Chagnon-Van Hove
Denis Cusson (Québec, Canada)
Philippe Gilbert (vigneron)
Béatrice D. Boussens
Françoise Coulet
Marie-Françoise Jolivet
Sabine de Bazelaire
Marie-Daniele Fournier (juriste retraitée)
Odile Hintzy
Michel Hintzy
Annie Oukoloff-Goldszer
Myriam Rousseau (illustratrice et tatoueuse)
Nicole Demoustier (68 ans, retraitée depuis 2012)
Sarah Benzazon (34 ans, auteure critique et vidéaste)
Caroline Bollache
Catherine Robin (assistante commerciale)
Lionel Le Gallic (enseignant-chercheur, biologie)
Lucile Maury
Véronique Lagarde
Aldebert Penacini
Gilles Pinsart
Annie C. Auberger
Jean-Marie Sonet
Sandra Nicolier
Laure Féloneau
Jean-Pierre Lassallette (masseur et animateur de stages de développement personnel)
Monica Donati (architecte)
Anne Lea
Isabelle Barbéris (MCF Arts de la scène ; Université Sorbonne Paris Cités - Paris Diderot)
Michèle Halut
Émilienne K.
Mathieu Bourdet
Catherine Peythieu 
Nadine Deveaux
Béatrice Laurent
Alain Clément
Jean Monamy (metteur en scène)
Larissa Calderon (éditeur et écrivain, Mexique)
Monica Meazza (Italie)
Margarita García Alonso (écrivain et artiste visuel, Le Havre)
Gilbert Zalc (graphiste)
Marina Urquidi (traductrice)
Anne Graver
D. Cohen Mathieu (retraitée de l'éducation nationale)
Marie-Sylvie Behr
Marie Desheraud (infirmière)
Komla Ekluboko
Liliane Lafond (retraitée)
Odile Adda
Renaud Ricquart (avocat)
Josy Chazal (retraitée)
Evelyne Leçon
Julie Konieczny, animatrice culturelle et plasticienne.
Marie-Laure Loffredo
Pierre Martin
Coraly Zahonero (comédienne)
Stéphane Balmand
Elise Beaucousin (artiste plasticienne)
Dorothea Thiée (Enseignante retraitée, Allemagne)
Elise Napolitano
François Gonzalez de Quijano (Portugal)
Jean-Pierre Meric
Françoise du Sorbier (traductrice littéraire)
Virginie Schmitt
Françoise Granger (retraitée)
Gaspard Rohr
Jean Houel
Stéphane Poisson (Assistant de Conservation Principal, Département de l’Isère)
Marie-Claire Riou (directrice Le Parvis, Scène nationale Tarbes Pyrennées)
Maria Isabel Mérida Rojas
Chantal Marandon
Carole Tianavi
Léonore Bancilhon
Jean Louis Bouchard (architecte-artiste et enseignant)
Marie-Christine Letort (actrice)
Jean - Pierre Vanderpol (Chef d’entreprise à la retraite)
Joëlle Demoulin Psychologue clinicienne
Malène Zhen
Héloïse Neefs (linguiste, lexicographe)
Christine Gérard
Erna Riby
Jacques Riby
Pascal Bernier(artiste)
Jeanine Coiffet
Béatrice Cuzin (chirurgien urologue)
Isabelle Mimouni(Professeur de Lettres et écrivain)
Elisabeth Cantin (retraitée)
Guillaume Bèque
Maître Odile Cohen (Présidente du collectif d’avocats: Osez porter plainte)
Franck Neveu (Professeur à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université)
Frida Forté
Manuela Morgaine (Artiste-Cinéaste)
Danielle Schirmann-Duclos
Catherine Bally
Michèle Pastorelli (Psychologue à la retraite)
Marylène Manté-Dunat (enseignante en Droit du travail, syndicaliste, militante laïque et féministe)
Maria Efstathiadi (auteur et traductrice)
Nelly Desseigne-Etherington
Suzanne Ginestet-Delbreil
Jean-Michel Pastor
May Telmissany (Associate Professor of Arabic Studies and Film Theory, University of Ottawa)
Dr. Gabriel Galice (chercheur irénologue, Genève)
Yann Lescop (Architecte DPLG)
François Rousseau
Gonzalo Peñalosa Cano (étudiant)
Karine Gauluet (céramiste)
Francesca Albertini
Judith Waintraub (grand reporter au Figaro)
Annie Mavrakis (agrégée de Lettres, essayiste)
Monique Frydman (Artiste peintre)
René Alejandro González (Colombie)
Sophie Rieu (administratrice culturelle)
Christophe Delaplanche
Sophie Ristelhueber (artiste plasticienne)
Catherine François (sexologue, présidente de SOS VIOL, enseignante, élue municipale, auteur)
Sandra Gomez (conseillère en communication)
Randa Baas (traductrice)
Marie Pinsard (auteur)
Laura Laufer (critique de cinéma)
Alain Deroudilhe (attaché de presse)
Dominique Lunel (conseillère politique)
Marie-Hélène Cransac
Denise Ribeyron
Pierre Coulombe (enseignant à la retraite)
Didier Melin
Laura Tuffery (professeur d'histoire et critique de cinéma)
Sylvie Topaloff (avocat a la Cour)
Sabrina Matrullo (programmeur et romancière)
Elodie Cingal (psychologue psychothérapeute)


2 commentaires:

  1. J’adhère au texte et soutiens la démarche.

    On peut tourner les choses dans tous les sens, mais le féminisme fait face à une contradiction essentielle : soit les hommes et les femmes sont égaux, soit les femmes doivent être protégées des hommes. On ne peut être simultanément égal et plus faible. J’ai choisi le camps du féminisme "égalitaire" sur celui du féminisme "victimisant", car je crois fermement que c’est la seule voie vers une égalité des sexes sereine et durable. Une égalité qui n’aliène aucune liberté, ne prescrit aucune norme et, finalement, fait du genre un paramètre accessoire.

    Stéphane Salmons, ingénieur-chercheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Stéphane, on peut être égales et plus faibles. De fait les femmes se sentent moins fortes que les hommes, elles ont été programmées ainsi, ceci dit c'est vrai aussi que la plupart du temps une femme a moins de force qu'un homme quand il s'agit de se battre, de se défendre en situation d'agression qui déjà peut faire perdre ses moyens. Il n'y a pas là contradiction dans ce que vous nommez 'le féminisme'.
      Toutefois j'aurais tendance à signer cette pétition car l'histoire de 'balance ton porc' me fatigue : d'une part les porcs sont des animaux très propres, et c'est pénible de tjrs ramener ce qui est sale aux porcs, ensuite ce concept lie un peu trop à mon goût le sale et la sexualité. Car il s'agit tout de même d'une expression certes rudimentaire et stupide mais réelle des pulsions sexuelles des humains très contraints très censurés très domestiqués, très formatés. C'est peut-être parce qu'on est plus libres que dans les années 50 qu'on n'est moins libres ! Il faut vivre tous ensemble et supporter les plus frustes pour ne pas dire les plus frustrés. Mais le patron peut être un grand frustré, et le gars qui couchent avec plein de filles peut aussi être un grand frustré. Le commerce du corps féminin à travers affiches pubs film etc. est le premier pourvoyeur d'un soi-disant désir qui s'impose et qui se permet.
      Il faut défendre les femmes qui ne peuvent pas se défendre toutes seules au physique comme au psychologique, si certaines voient la sécurité dans un espace non mixte c'est que nous ne sommes pas capables de les protéger donc qu'il n'y a pas assez d'éducation envers les hommes. Mais la répression doit aussi être dissuasive. Et dans les commissariats il faut aussi éduquer.. Et ensuite il faut savoir dans quel monde on vit. Il y a beaucoup de choses qu'on ne peut pas encore se permettre sans prendre de risques. Les arabes le savent, les blacks le savent les femmes le savent aussi. Il faut bouger les choses tout le temps à chaque mot parfois. La non mixité est selon moi artificielle, car nous sommes tous ensemble sur la planète, séparer les homme des femmes est une solution qui ne changera rien. Au contraire plus les petites filles sauront remettre à leur place les petits garçons, au quotidien de leur jeux, plus les hommes évolueront. Il faut de la solidarité entre femmes et aussi entre homme et femmes. C'est cette solidarité qui manque. On donne trop de place à la séduction et pas assez au plaisir. Soutifs et hauts talons ne sont peut-être pas nos meilleurs amis !!
      Le plaisir, qui est le seul but au final, on peut l'avoir à tout âge et dans toutes les tailles. Mais jamais par force. Il faut juste un peu réfléchir avant d'agir !

      Supprimer

Nouvelles signatures au 26 janvier 2018

Depuis le 9 janvier, 211 individus ont décidé d'apporter leur soutien à notre texte "Des femmes libèrent une autre parole" et ...